BiblioLettres
Cours de français, conseils méthodologiques
Accueil
bonjour,jaimerai connaitre la définition du roman traditionnel car on ne trouve pas beaucoup d'information à ce sujet comparé au nouveau roman.Merci de me consacrer un peu de votre temps.
 
bonjour,jaimerai connaitre la définition du roman traditionnel car on ne trouve pas beaucoup d'information à ce sujet comparé au nouveau roman.Merci de me consacrer un peu de votre temps.

Cher internaute,

 

Le roman "traditionnel" est un terme plutôt vague. En effet, le premier roman français est celui de la Princesse de Clèves de Madame de La Fayette, 1670. Plus détaillé qu'une simple nouvelle, mais plus concentré que les romans fleuves de l'époque (l'Astrée d'Honoré d'Urfé, le Grand Pyrrhus de Melle de Scudéry). Les personnages sont tous centrés autour d'une action principale, leurs pensées, émotions, sont développées en profondeur, le roman n'est plus une succession de péripéties rocambolesques destinées à tenir le lecteur en haleine. Me de La Fayette signe le premier roman dit psychologique en France. En Espagne, Don Quichotte de Cervantès est considéré comme un roman "classique" ou "traditionnel" mais parce qu'en plus d'un enchaînement d'épisodes le personnage de Don Quichotte s'étoffe.

 

Au XVIIIème l'Abbé Prévost (Manon Lescaut), Marivaux (la Vie de Marianne et le Paysan Parvenu) pratiquent un roman hérité des formes picaresques (l'histoire d'un héros jeune, pauvre, qui grâce à sa ruse parvient à s'élever dans la société), Rousseau et Laclos, eux, signent des romans épistolaires (le deuxième s'inspire des romans libertins de l'époque), Diderot s'essaye au genre avec la Religieuse, Sade forme des romans discutables.

Le roman à cette époque est encore marqué par les épisodes romanesques, les rebondissements pour divertir le lecteur. Mais ce sont les formes plus courtes qui ont la préférence (contes philosophiques notamment).

 

C'est au XIXème qu'apparaît le roman dit "classique" mettant en scène un héros principal autour duquel d'autres gravitent. Ce héros a "une fiche d'identité (ce que récuse le Nouveau roman) : on connaît ses origines, son histoire personnelle, la description physique et morale est très détaillées, c'est l'ère du roman "réaliste" à la Balzac. Les exemples sont multiples: Madame Bovary, Julien Sorel du Rouge et le Noir de Stendhal, les personnages récurrents de la Comédie Humaine de Balzac ou des Rougon-Macquart de Zola, etc. Le narrateur laisse peu de place au lecteur dans la mesure où tout est expliqué, justifié, raconté. C'est le roman que l'on prend souvent le plus de plaisir à lire car tout est clair, il y a des motivations bien arrêtées, un début, une fin cohérente, etc.

 

Au XXème siècle la notion de roman change, il ne s'agit plus de faire "vrai", on s'apprpoprie un autre langage, (Céline avec Voyage au bout de la Nuit), on donne un sens métaphysique au roman (La Peste de Camus), on "tue" le héros (le Nouveau Roman), on joue avec les formes (on mélange les genres, Amélie Nothomb écrit des dialogues romanesques, par exemple). Bref on cherche à réinventer

le roman.

 

Voici les quelques explications que l'on peut vous donner, si vous avez des questions plus précises, n'hésitez pas!

 

Bon courage