BiblioLettres
Cours de français, conseils méthodologiques
Accueil
j'aurais voulu savoir De quel courant littéraire l'oeuvre Carmen de Prosper Mérimée fait partie? Pourquoi?
 
j'aurais voulu savoir De quel courant littéraire l'oeuvre Carmen de Prosper Mérimée fait partie? Pourquoi?

Cher internaute,

Carmen de Prosper Mérimée appartient au courant romantique, au début du XIXème siècle.

Les raisons en sont nombreuses, voici les principales.

Le pays où se situe l’action d’abord : l’Espagne. C’est le pays des grandes passions, des fureurs amoureuses, et c’est le thème le principal du courant romantique.

Les héros sont traversés par des sentiments extrêmes, incontrôlables, et l’amour est en fait partie. L’amour appelle la jalousie et la mort. C’est aussi ce qui arrive dans le roman. C’est ce qu’on appelle le Romantisme Noir.

L’Espagne est une terre aride, de feu, qui « brûle » les hommes. Elle est aussi sensuelle, pensez au flamenco, et propice à l’embrasement des sens, les hommes sont « brutes » au sens de simples, (le narrateur au début n’est pas accepté) et les femmes, franches dans leur désir. Il y a aussi cet univers de bandits, d’argent mal gagné, de dettes et de règlements de compte, qui conduisent souvent à la mort, eux aussi.

Carmen est une héroïne romantique à l’image de l’Esméralda de Hugo : elle est bohémienne, vient d’Andalousie, mène une vie libre, ce qui attire les hommes, elle envoûte les hommes, en les charmant, et les rend « fous », en quelque sorte, et ils se sentent prêts à faire n’importe quoi pour elle. Mais ce qui la distingue de l’héroïne d’Hugo c’est son tempérament sauvage, voire violent, sa démarche effrontée et sa façon d’aimer, à la fois douce et amère. Sa morale est loin d’être droite, et elle « flirte » souvent dans le roman avec l’image de la diablesse.

Don José est le personnage romantique par excellence car il est emprisonné dans son amour, tourmenté, souvent des envies de meurtre le hantent, mais il est bon, le lecteur peut s’identifier à lui (ce qui est très important dans un roman de ce courant, car il repose sur la peinture des sentiments et tous doivent s’y reconnaître). Le narrateur a d’ailleurs de la pitié (au sens noble, il partage son affliction) pour Don José. Enfin, sans dévoiler plus avant l’histoire, il faut comprendre ce qui unit Don José à l’ouvrière de manufacture de cigares (l’amour n’est pas, et de loin, la seule motivation de Carmen), et analyser les sentiments de Don José, car il semble en effet aimer « malgré lui » Carmen, cet amour est une fatalité.

Voici ce qui pouvait être dit sur ce roman qui a donné un Opéra de Bizet, et un film excellent,

Bon courage dans votre travail, et surtout bonne lecture !