BiblioLettres
Cours de français, conseils méthodologiques
Accueil > Conseils méthodologiques > La dissertation  > Choix du plan
La dissertation - Choix du plan

Selon la formulation du sujet le plan adopté ne va pas être le même.

Rappel des  Différentes formaulations :
Formulation 1 : Le choix entre deux thèses
Formulation 2 : une citation seule
Formulation 3 : une question ouverte
Formulation 4 : une question fermée

- Formulation 1 : vous présentez tour à tour les points de vue (Partie I et II) puis vous essayez de trouver une ouverture (III). C'est le plan dialectique : thèse-antithèse-synthèse.

- Formulation 2 : Le danger est de foncer tête la première et de donner son avis en I. Or il faut dans un premier temps exposer le point de vue de l'auteur, trouver des limites en II, et ouvrir la discussion sur son avis personnel III. Souvent la démarche peut se résumer ainsi : I-certes/ II- mais/ III-enfin. C'est aussi un plan dialectique, mais vous avez trouvé tout seul les deux dernières parties. Attention à ne pas abuser de ce plan, même si a démarche est intellectuellement intéressante, car vous risquez de penser systématiquement un sujet en ces termes, or la réflexion ne saurait se laisser enfermer dans des cases toutes faites.

- Formulation 3 : elle appelle soit un développement analytique, soit un développement thématique. En effet il n'est pas nécessaire de discuter, de polémiquer sur le sujet donné. Ainsi le fait que le roman a eu un énorme succès au XIXème est incontestable, il s'agit d'en connaître et d'en étudier les raisons. Raisons, entre autres, historiques, sociales, littéraires vont devoir être organisées dans 3 parties.

- Formulation 4 : Il peut rejoindre le plan dialectique, mais peut aussi conduire à un plan analytique : tout dépend de votre questionnement préalable. En effet ce sujet vous invite à formuler plusieurs questions : dans quel cas la souffrance est-elle nécessaire à l'art poétique ?, est-ce toujours le cas ? Y a-t-il « contre indication », la souffrance a-t-elle au contraire paralysé la créativité ? Existe-t-il une poésie qui ne se fonde pas sur la souffrance ?