BiblioLettres
Cours de français, conseils méthodologiques
Accueil > Conseils méthodologiques > La dissertation  > L'introduction de la dissertation
La dissertation - L'introduction de la dissertation

L'introduction doit répondre à 4 étapes attendues :

- L'amorce ou l'accroche du sujet : Il s'agit d'introduire le sujet dont vous allez parler. Souvent vous pouvez vous appuyer sur vos cours qui ont traité de ou des objets d'étude sur lesquels repose le sujet. Commencer par l'étymologie d'un mot, poser le contexte littéraire ou culturel associé à la notion abordée par le sujet, donner une définition peuvent être des moyens efficaces. Bannissez en revanche les accroches trop larges du type : « De tout temps… », trop imprécises pour être honnêtes.

- L'exposition du sujet : vous reprenez les termes de la citation, ou de la phrase  du sujet.

- Annoncez la problématique et vous l'expliquez, c'est-à-dire que vous reformulez la problématique. Parfois vous pouvez réunir ces deux étapes.

- Vous annoncez votre plan de façon claire. Le correcteur doit savoir d'emblée en combien de parties le sujet va être traité.  

De fait votre introduction doit comporter 4 alinéas. Pensez à cela : une présentation claire est le gage d'une pensée claire !

Exemple 1 rédigé sur le Nouveau roman : 
Sujet  : Peut-on lire les œuvres appartenant au Nouveau Roman, comme des romans ?

  Le roman permet l'évasion, la rencontre du lecteur avec des personnages parfois  pittoresques, parfois affublés d'une incroyable banalité, mais quoi qu'il advienne la lecture de leurs aventures ne laisse pas indifférent, suscitant passion, empathie ou frustration. Or les écrivains formant le courant, dans les années 1950, du Nouveau Roman ont souhaité bouleverser les lois du genre romanesque, telles qu'elles avaient été plus ou moins fixées au XIXème. Ils revendiquent dans des Essais leur liberté (Pour un nouveau roman, Alain Robbe-Grillet, par exemple) et leur volonté de sortir de ce qui leur semble un carcan tant pour l'auteur que pour le lecteur. Leurs ouvrages sont destinés, et assumés comme tels, à une élite intellectuelle.

Dans ce cas peut-on lire les oeuvres appartenant au Nouveau roman, comme des romans ? Le mot roman a-t-il encore un sens pour ces écrivains ? En quoi consiste la nouvelle lecture qu'ils proposent ?

Dans un premier temps, nous analyserons les caractéristiques du roman dit « traditionnel » et les raisons du plaisir que ce type de lecture peut susciter. Puis nous verrons en quoi le Nouveau Roman invite à une lecture « nouvelle » du roman, enfin nous chercherons à savoir si cette démarche assure la liberté recherchée par leurs auteurs.

Exemple 2 : sujet sur la poésie lyrique

Sujet : La poésie ne consiste-t-elle qu'en l'expression de sentiments personnels ?

  La poésie dans son étymologie grecque, poiêsis, signifie toute création manuelle ou intellectuelle. En effet, ce genre littéraire est utilisé dans un premier temps pour célébrer le créateur et le monde. Elle se distingue ainsi du simple langage oral qui ne soucie pas de rythmes, de sonorités. La poésie est donc dans son essence « lyrique », dans le sens du chant, comme dans un opéra lyrique par exemple. Le registre lyrique en littérature correspond à l'expression, voire à l'exaltation, des sentiments personnels de l'auteur ou du personnage. La poésie, forme qui privilégie le lien entre le poète et le monde qui l'entoure, semble propice à cet épanchement du cœur.

Aussi pouvons-nous nous interroger sur la vocation de la poésie ( problématique), voir si elle n'est que l'expression des sentiments personnels, ou bien si elle a d'autres fonctions.

Dans un premier temps nous allons constater que la poésie est le genre le plus favorable à l'expression du Moi et de ses sentiments, puis nous verrons que la poésie est utilisée par les poètes pour remplir d'autres fonctions qui leur tiennent à coeur. Enfin, il existe d'autres formes poétiques qui n'engagent en rien le Moi de l'individu, mais qui répondent à une fonction de pure information.
Précédent :
Le développement