BiblioLettres
Cours de français, conseils méthodologiques
Accueil > Courants Littéraires > La Renaissance et le courant humaniste > Importance du langage et remises en cause de la religion
La Renaissance et le courant humaniste - Importance du langage et remises en cause de la religion

 
Le courant humaniste et le langage

L'invention de l'imprimerie par Gutenberg (1468) permet la propagation des livres, qui ne sont plus Portrait de Gutenbergréservés aux moines copistes, et notamment de la Bible. L'objet livre acquiert une grande importance car il permet de réfléchir à la typographie, aux arts graphiques accompagnant les textes, au sens que l'on veut transmettre.

Le travail sur le langage est une des priorités du courant humaniste. La philologie (étude du langage) se développe et permet de se pencher sur les textes antiques redécouverts, dans leur langue originelle. Il s'agit de respecter le texte initial, de le débarrasser de ses interprétations brumeuses. Revenir aux sources dans les domaines juridique, médical, littéraire et religieux assure une meilleure compréhension du message de ces Anciens, érigés en modèle. Commenter, imiter, citer n'est plus le signe d'une servitude à l'égard des savoirs, mais une méthode d'assimilation sur laquelle se fonde l'esprit critique. Cette foi dans le langage s'appuie sur le mythique « Au commencement était le Verbe », relayé par la figure du Christ « Verbe devenu chair ». Le langage apparaît comme une caractéristique essentielle de l'homme, donnée par Dieu.  Ainsi Erasme commente la Bible à partir de l'hébreu, les Pères de l'Eglise, et les philosophes antiques. Commence alors la remise en cause de la doctrine catholique, sclérosée selon ceux qu'on appelle les Evangéliques.
 
 
 
Les conflits religieux à la Renaissance
 
 
Plusieurs conceptions de la religion s'opposent à cette période.

Chez les catholiques, le courant évangélique apparaît avec Erasme, Rabelais, Marguerite de Navarre, Lefèvre d'Etaples qui traduit la Bible en français (1530), entre autres. La vie dissolue des papes au Vatican, l'oubli du message délivré par les textes sacrés, les pressions exercées sur le pouvoir royal, provoque une indignation chez ses lettrés qui estiment que l'accès aux textes des Evangiles doit être individuel, afin d'éviter toutes les dérives d'un message manipulé. Il s'agit donc de revenir aux textes initiaux : l'Ecriture Sainte, débarrassée des Commentaires des Pères de l'Eglise, la Tradition. Leur courant bénéficie de la protection de François Ier, mais à la suite de l'affaire des Placards (1534), les luthériens sont presécutés et Clément Marot est contraint à l'exil.

Portrait de LutherNée de la même constatation, La Réforme protestante se développe en Allemagne, au début du XVIème siècle, sous l'impulsion d'un moine, Luther (1483-1546) , dont les thèses, qui attaquent le comportement d'une  partie du clergé, la méconnaissance des textes, seront reprises en France par Calvin (1509-1564) en 1532. Luther est mis au ban de l'Empire, mais ses idées sont suivies par l'Allemagne du Nord. En Angleterre se crée une scission lorsque Henri VIII se sépare de l'Eglise catholique.
 
 
 
 
 

Calvin, lui, prône une austérité extrême : quoi que fasse l'homme, il reste pécheur et seuls la grâce dePortrait de Calvin Dieu peut le sauver selon la théorie de la Prédestination. Son ouvrage principal, l'Institution chrétienne (1541), décrit ainsi cette théorie : "Nous appelons Prédestination le conseil éternel de Dieu par lequel il a determiné ce qu'il voulait faire d'un chacun homme. Car il ne les crée pas tous pareille en condition, mais il ordonne les uns à la vie éternelle, les autres à éternelle damnation".

L'Eglise catholique, très puissante, puisque représentante de la première religion en Europe combat ces deux branches dissidentes, en censurant les œuvres jugées scandaleuses, en excommuniant les réfractaires, pourchassant les hérétiques.