BiblioLettres
Cours de français, conseils méthodologiques
Accueil > Biographies > Biographie de Molière > L'enfance de Jean-Baptiste Poquelin
Biographie de Molière - L'enfance de Jean-Baptiste Poquelin

 
 L'enfance de Jean-Baptiste Poquelin


Portrait de Molière par Mignard, 1671La famille Poquelin est issue de la bourgeoisie parisienne, aisée. Baptiste, le père, possède une charge de tapissier du roi, et tient boutique rue de Saint Honoré. Il a épousé une jeune femme de bonne famille, Marie Cressé, avec laquelle il a un fils, Jean-Baptiste, en janvier 1622. Ce milieu bourgeois servira de cadre à un grand nombre de des comédies de Molière.

Celui qui ne se nomme pas encore Molière est marqué très tôt par les morts successives dans sa famille : en 1630, son frère cadet Louis, 11 ans, est emporté par la petite vérole (la variole) ainsi que sa petite sœur, Marie, 5 ans. Jean-Baptiste en réchappe par miracle. Deux ans plus tard, c'est au tour de sa mère de succomber à la tuberculose.
Son père se remarie avec une toute jeune fille de 19 ans, Catherine Fleurette, qui meurt en couches en 1636, alors qu'elle donne naissance à un enfant mort-né, le troisième à ne pas passer le stade de la petite enfance.

Pour divertir son petit-fils, le grand-père de Jean-Baptiste l'emmène voir des représentations théâtrales, des farces pour la plupart, dans les foires, les places publiques. Est-ce de cette époque que date sa passion pour le théâtre ?

Quoi qu'il en soit, le jeune garçon s'inscrit au collège de Clermont (l'actuel Louis-Le-Grand) où il étudie les mathématiques, la physique, la danse, l'escrime, la philosophie scolastique (qu'il moquera souvent). Il connaît assez le latin pour lire Plaute, Terence et traduire Lucrèce. A la sortie du collège, il se lie probablement avec le milieu libertin influencé par Gassendi.
Il part apprendre le droit à Orléans, mais n'exerce le métier d'avocat que 5 mois ! Les préoccupations du jeune Poquelin sont ailleurs.