BiblioLettres
Cours de français, conseils méthodologiques
Accueil > Biographies > Biographie de Voltaire > La tentation du modèle prussien chez Voltaire
Biographie de Voltaire - La tentation du modèle prussien chez Voltaire

 
La tentation du modèle prussien

Voltaire se rend alors en 1750 chez le roi Frédéric II de Prusse à Berlin, avec lequel il entretient une Voltaire à la cour de Frédéirc IIcorrespondance. Le philosophe croit pouvoir réaliser son rêve : former un despote éclairé. Mais bientôt les relations se dégradent. L'empereur se plait à humilier son invité, ce qui inspirera à Voltaire le Petit dictionnaire à l'usage des rois, dans lequel il décrypte le langage du pouvoir : ainsi "mon ami" signifie "mon esclave", tandis que l'expression "Soupez avec moi" veut dire "Je me moquerai de vous." Il pensa même, pour le ridiculiser, publier les vers naïfs de l'empereur, qui aurait souhaité que Voltaire les corrigeât, or, c'est lui, Voltaire, qui fut corrigé par les envoyés de Frédéric II soucieux de récupérer les vers impériaux! Le philosophe retourne donc en France en 1753. 
 
Il achète la propriété des Délices à Genève, mais se trouve inquiété par les pasteurs à la suite de l'article "Genève" de l'Encyclopédie, qu'il a incité à d'Alembert. De plus on lui interdit son théâtre. Il écrit alors en faveur des philosophes, s'émeut du tremblement de terre de Lisbonne en 1755, et publie Candide en réponse à Rousseau et aux philosophes optimistes. En 1759 a lieu la révocation du privilège de l'Encyclopédie et Voltaire acquiert la certitude qu'il doit mener son combat hors de Paris. 
 

 
Les Délices