BiblioLettres
Cours de français, conseils méthodologiques
Accueil > Biographies > Biographie de Voltaire > Les principaux combats de Voltaire
Biographie de Voltaire - Les principaux combats de Voltaire

 
Les principaux combats de Voltaire

Il part s'installer à Ferney de 1760 à 1778, qui devient le carrefour de l'Europe. Il invente le principe du format de poche en écrivant le Dictionnaire philosophique portatif en 1764, dans lequel on trouve la formule devenue fameuse "Le mieux est l'ennemi du bien." (article "Art dramatique").
 
Le supplice de Damien en place de Grèce, en 1757

Dans l'article "Torture" du Dictionnaire de 1764, il prend la défense du jeune chevalier de La Barre, accusé à Abbeville d'avoir chanté des chansons impies, et d'avoir ridiculisé les processions religieuses. Le jeune homme a 18 ans, et doit subir les pires supplices : on lui arrache la langue et on lui coupe la main droite. On peut voir actuellement sa statue dans un jardin, au pied du Sacré-Choeur.
 
Les adieux de la famille Calas, gravure de D. Chodowiecki, XVIIIème

En 1765 il obtient la réhabilitation de Jean Calas, après avoir publié le Traité sur la Tolérance, 3 ans plus tôt. Jean Calas, commerçant protestant toulousain, a été en effet accusé du meurtre de son fils, Marc-Antoine, retrouvé pendu dans la boutique paternelle. Ce dernier s'était convertit au catholicisme et cela suffit à faire naître la rumeur folle de son assassinat par son père. Jean Calas fut finalement condamné au supplice de la roue le 10 mars 1762. Sa femme alerta Voltaire sur cette injustice et ce dernier mit tout en oeuvre pour réhabiliter la mémoire du défunt.
 
En 1771, il réussit à obtenir la cassation du jugement de la famille Sirven, dont la fille est accusée d'avoir tué le père, huguenot. L'affaire a lieu en même temps que celle de Calas, et Voltaire choisit de la différer de crainte que les deux cas se nuisent. 
 
La justice humaine, allégorie à Voltaire
 
 
 
 
Il publie ses Contes philosophiques ( l'Ingénu, 1767) qui font de lui le champion de la tolérance et le défenseur des opprimés. Ses écrits lui attirent la sympathie du peuple, et forment le ciment de l'esprit révolutionnaire.