BiblioLettres
Cours de français, conseils méthodologiques
Accueil > Biographies > Biographie de Montaigne > La période trouble des guerres de religion
Biographie de Montaigne - La période trouble des guerres de religion

 
La période trouble des guerres de religion
 
 
Massacre de la saint Barthélémy par Dubois, 1572-1580


En 1571, il devient chevalier de Saint Michel.
En août 1572, a lieu le massacre de la Saint Barthélémy à Paris, au lendemain des noces de Marguerite de Valois et d'Henri de Navarre. Les guerres de religion atteignent leur paroxysme.
Il est nommé gentilhomme ordinaire du roi Charles IX (à titre honorifique), puis en 1577, gentilhomme de la chambre du roi de Navarre, futur Henri IV. La cinquième de guerre de religion éclate et il rejoint l'armée royale en Poitou, puis revient en mission auprès du Parlement de Bordeaux. Sa fidélité à la famille royale est sans faille.
C'est à cette période qu'il fait grave une médaille avec la devise des sceptiques, des pyrrhoniens, "Que sçais-je?" L'agitation du monde, la fureur du sang et la barbarie frappent sans nul doute cet esprit épris de tolérance et alimentent les réflexions des Essais.

 En 1578 se déclare la malade héritée de son père : la gravelle, ou maladie de la pierre, de nos jours les calculs. Dès l'aube, Montaigne boit jusqu'à 9 litres d'eau, et souffre horriblement. Il décide de partir en voyage afin de profiter des eaux réputées curatives de France, dans les Pyrénées, d'Allemagne et d'Italie. Il passe par l'Alsace, la Suisse, la bavière et le Tyrol, puis séjourne à Venise, Ferrare, Bologne, Florence, Sienne et Rome. Il fait des cures thermales à Baden, Plombières et aux bains della Villa. Nous sommes loin de l'image de l'homme reclus dans sa tour. Montaigne illustre ainsi l'esprit de son œuvre, en perpétuel mouvement.
De son périple, Montaigne écrit un Journal en français et en italien, qui sera retrouvé par hasard au XVIIIème siècle. Il y raconte notamment son séjour à Rome pendant lequel l'Eglise lui confisque ses livres afin de vérifier la morale de leur contenu. Il assiste aussi à un supplice (un homme est  pendu puis découpé) ce qui lui fait écrire : « Tout ce qui est au-delà de la mort simple me semble pure cruauté. ». Il rencontre aussi Le Tasse, auteur de la Jérusalem délivrée, enfermé dans un hôpital pour les fous pour avoir entre autre, insulté le duc de Médicis.
C'est pendant ce voyage qu'il est élu maire de Bordeaux, en août 1581.

En 1580 paraît la première édition des Essais. Montaigne regagne son château en novembre 1581 et se trouve réélu en août 1583. Il joue alors un rôle de diplomate dans les guerres de religion en étant l'intermédiaire entre le roi  Henri III et Henri de Navarre, chef du parti protestant. C'est l'une des premières fois qu'ils croisent les Ligueurs, parti catholique, qui sur sa route. En 1585, la peste éclate à Bordeaux et force Montaigne à fuir ses terres (de septembre 1586 à mars 1587).
Pendant cette période de troubles politiques, de souffrances physiques (ses déplacements entre Paris et Bordeaux le contraignent à chevaucher durant des semaines, ce qui aggrave son handicap), Montaigne continue à réviser et à augmenter les Essais.
C'est en janvier 1588 qu'est publiée la cinquième édition composée à présent de 3 livres (le Livre III contient 13 chapitres, de loin les plus connus).