BiblioLettres
Cours de français, conseils méthodologiques
Accueil > Biographies > Biographie de Verlaine > Les prémices de la tourmente
Biographie de Verlaine - Les prémices de la tourmente

 
Les prémices de la tourmente

Verlaine mène dans le Quartier Latin une vie de bohème, entâchée d'excès. Il fréquente avec ses amis poètes les bars d'étudiants, les maisons closes, et affiche un goût prononcé pour les délices de Bacchus, auxquels il a goûtés pour la première fois à 17ans, comme il le rapporte dans ses Confessions de 1895.
 Dessin de Felix Elie Reagamey, 1869,  Verlaine à 25 ans
Epris de sa cousine, Elisa Moncombe, avec laquelle il a partagé son enfance, Verlaine a du mal a accepté le mariage de celle-ci. Pourtant Elisa aide financièrement Verlaine a publié, en novembre 1866, les Poèmes saturniens dans lequel se trouve "Mon rêve familier" dédié à la belle cousine. Malheureusement Elisa meurt en couches, ce qui déclenche chez le poète une récation violente et le plonge définitivement dans l'alcool. Son comportement dans le petit village de l'Ecluse sucitera un énorme scandale, le premier d'une longue série.

En mars 1869, Verlaine publie les Fêtes galantes, inspirées de ses frasques. Ivre, il va jusqu'à tenter de tuer sa mère à deux reprises, les 5 et 10 juillet.

Madame Verlaine veut tenter de calmer les crises de son fils et songe à un mariage. Verlaine a rencontré une douce jeune fille, Mathilde Mauté, âgée de 16 ans, auprès de laquelle il fait une cour assidue. Il lui écrit les Bonnes Chansons, qu'il regroupera un peu plus tard dans un recueil. Les deux jeunes gens finissent par se marier en 1870 et s'installent rue du Cardinal-Lemoine. Verlaine rêve d'apaisement, de foyer heureux. Tout était si bien parti...