BiblioLettres
Cours de français, conseils méthodologiques
Accueil > Courants Littéraires > Le siècle des Lumières > L'esclavage au XVIIIème siècle- Partie I
Le siècle des Lumières - L'esclavage au XVIIIème siècle- Partie I

 
L'ESCLAVAGE AU XVIIIème SIECLE
 
 
Le mot "esclave" vient de "slave", nom des peuples mis en esclavage par l'empereur Othonle Grand au Xème siècle.
 

Deux types d'esclavage ont été distingués : "l'esclavage doux", qui consistait à atténuer le sort des captifs( approuvé par le christianisme) et l'esclavage qui consiste de la part des classes dirigeantes à dominer les masses serviles.
 
Dès l'Antiquité, l'esclave est considéré comme un animal de force. Il a permis l'épanouissement des civilisations les plus célèbres. Il a fallu attendre le progrès technique pour trouver d'autres formes d'énergie. Aristote avait compris que c'était l'invention des machines qui devait permettre l'abolition de l'esclavage.

Dans l'Antiquité, posséder des esclaves était un signe de richesse. L'esclavage est lié à la sédentarisation. Au IXème ap JC, les bouleversements politiques occasionnés par les invasions barbares et l'installation du régime féodal entraînent la chute de l'esclavage. En Europe, les cerfs les remplacent. Puis au XVIème commence le commerce d'esclaves pour des raisons économiques.
 
 
 
I – HISTORIQUE

L'utilisation
 
De par le développement de la colonisation il y a eu un besoin d'esclaves pour les travaux de force. Ce sont dans les plantations qu'on en avait le plus besoin, nécessité d'une main d'œuvre abondante et bon marché pour la canne à sucre, le tabac, le coton, le caoutchouc et le café.

La traite des Noirs
 
A la suite des conquêtes du Nouveau Monde, commencées en 1519, les colonisateurs ont besoin de main d'oeuvre. On estime que la traite négrière a débuté en 1444 par les Portugais.
 
Puis les conquistadors espagnols se trouvent face à un dilemme de taille : les Indiens sont-ils inférieurs à leurs colonisateurs? Un chanoine de Cordoue, Sépulvéda publie un ouvrage défavorable aux Indiens, mais s'oppose à lui un adevrsaire tenace, le frère dominicain, Bartholomé de Las Casas, qui possédant un domaine à Saint Domingue, sest ému de la situation pitoyable des Indiens. En 1550, les deux hommes s'affrontent dans une joute oratoire devant le légat du Pape: c'est la controverse de Valladolid, ville espagnole. De cette dispute (au sens littéraire du terme) a été décidé que les Indiens avaient bien une âme comme les Espagnols, et que les seuls qui pouvaient servir d'esclaves étaient les Noirs.
Plusieurs milliers d'Africains sont donc acheminés dans les colonies. La Renaissance voit alors la l'apparition de la Traite des Noirs. A partir de ce moment commence la plus vaste entreprise de déplacements de population de l'histoire humaine.
Ils sont emmenés en Amérique du Nord, aux Antilles et en Amérique du Sud, au Brésil, à Saint-Domingue, en Guyane, à Cuba, Réunion, à l'île Maurice.

Bernardin de saint Pierre notait dans Voyage à l'Ile de France, lettre XII : « Je ne sais si le café et le sucre sont nécessaires au bonheur de l'Europe, mais je sais bien que ces deux végétaux ont fait le malheur de deux parties du monde. On a dépeuplé l'Amérique afin d'avoir une terre pour les planter ; on dépeuple l'Afrique afin d'avoir une nation pour les cultiver. »

Le développement de la traite des Noirs est lié à l'essor des grandes compagnies commerciales et à l'expansion coloniale des pays européens vers le Nouveau Monde.
 En France les oprts négriers sont : Saint Malo, La Rochelle, Bordeaux, Le Havre et Nantes. En Europe Liverpool, Amsterdam, Bristol et Lisbonne jouent le même rôle.
 

Le commerce triangulaire

Les Européens échangent en Afrique des vies humaines contre des tissus, des matériaux, de l'alcool, etc. Puis, ils débarquent les esclaves dans les colonies, et les mettent en vente. Ils repartent enfin vers l'Europe chargés de produits tropicaux.
Ainsi hommes et marchandises se confondent dans un marché économqiue prospère.
Parmi les esclaves il y a : les"nègres de culture" qui travaillent dans les champs de coton, de canne à sucre, de café, Ils cultivent aussi le chocolat, l'indigo, etc; "les nègres de maisons", des domestiques; et "les nègres à talents", des artisans charpentiers, maçons, des musiciens, etc.
 

Economie et esclavage

– Le Code Noir : la protection des Noirs
Erigé par Colbert et promulgué par Louis XIV en mars 1685 marque la volonté de donner un statut à l'esclave qui atteint désormais le rang intermédiaire entre les biens meubles et les hommes libres.
En fait, et les philosophes n'ont pas manqué de le signaler, le Code Noir légalise les pratiques barbares, sévices tels que le marquage à la fleur de lys, les mutilations, la peine de mort.
 
 
- Le rôle de l'Eglise
Elle rassure les consciences. Bossuet cite la Bible pour justifier l'esclavage et affirmer que l'esclave doit rester sous le joug de son maître. «  Condamner l'esclavage reviendrait à condamner le Saint Esprit qui ordonne aux esclaves par la bouche de Saint-Paul de demeurer en leur état et n'oblige pas le maître à les affranchir. »