BiblioLettres
Cours de français, conseils méthodologiques
Accueil > Biographies > biographie de Corneille > La querelle du Cid, 1636
biographie de Corneille - La querelle du Cid, 1636

 
La querelle du Cid

La même année, un ami, M. de Chalon, conseille à Corneille de lire Guilhem de Castro. Dans sa comédie,Las Mocedades del Cid (Enfances du Cid) de 1618, il y trouve un personnage atypique : Rodrigue nommé le Cid (de l'arabe Sidi, seigneur") Campeador (batailleur) par le roi de Castille après sa victoire écrasante sur les Maures. Il épouse la fille d'un homme qu'il a tué.
Ce personnage est inspiré d'une chanson de getes du Moyen Age qui retrace les exploits de Rodrigo Díaz de Bivar, chevalier mercenaire chrétien, grande figure de la Reconquista au XIème siècle, mais figure ambiguë car il a porté aussi les armes aux côtés des musulmans. Rodrigo avait tué un homme et dans le code du Moyen Age, le coupable devait soit subir le châtiment de la loi soit épouser la fille du défunt. Ce mariage n'avait rien de choquant à l'époque ce qui n'était pas le cas au XVIIèmesiècle. De fait le Cid épousa Jimena (Chimène) Díaz.
Corneille détient les noms des principaux protagonistes et y rajoute une intrigue romanesque pour produire sa plus célèbre pièce : le Cid.

Le rôle du Cid est attribué à l'un des grands acteurs de l'époque : Montdory. La pièce est jouée en  janvier 1637, le succès est immédiat. Louis XIII décide d'anoblir le père de l'auteur.
Corneille connaît une gloire éclatante à 30 ans.

Mais les détracteurs se manifestent aussitôt : Georges Scudéry trouve le sujet mauvais et invraisemblable (un homme épouse la fille dont il a tué le père !). On chuchote que la Cardinal, rancunier, aurait sa part dans les attaques contre la pièce.
On accuse Corneille de plagiat, alors que les auteurs de l'époque, Molière ou La Fontaine empruntaient eux aussi leurs sujets à des sources diverses, de l'Antiquité notamment.

Seul Guez de Balzac prend la défense de l'auteur. Il écrit à Scudéry : « Corneille a un secret qui a mieux réussi que l'art lui-même. »

Puis c'est en 1638, Les Sentiments de l'Académie sont publiés. Chapelain et ses confrères jugent que la pièce n'est pas conforme aux règles (la règle des 3 unités : lieu, temps, action) ni aux bienséances (Chimène ne peut épouser Rodrigue).

Corneille n'écrira plus pendant 2 ans ! Il épouse Melle de Lampérière et mène une vie tranquille, à Rouen sa ville natale, loin de l'agitation de la cour.