BiblioLettres
Cours de français, conseils méthodologiques
Accueil > Objets d'étude > Le roman : vision de l'homme et du monde > Les origines du roman
Le roman : vision de l'homme et du monde - Les origines du roman

 
Le roman au Moyen Age

 
 
 
 Un tournoi miniature de 1468-1470

 
 
Au moyen âge, "roman" signifie "écrit en langue romane", le français vulgaire en opposition avec le latin, la langue des savants. Cette langue, dérivée du latin dégradé, était parlée par les gens du peuple, et a donné naissance aux autres langues appelées "romanes".
 
Au XIIème siècle, le mot change un peu de sens. "Roman" est utilisé pour parler du conte, de l'"estoire", de la nouvelle qui ont été traduits du latin, ou rédigés directement en français. Ces récits sont composés en vers (l'octosyllabe) puis en prose. Ainsi le Roman de Renart est rédigé en vers en langue romane.
 
Cette forme de "roman" se distingue de la chanson de geste (la Chanson de Roland, par exemple) en ce qu'elle raconte les aventures d'un individu et non un destin collectif comme dans l'épopée. Chrétien de Troyes, auteur du cycle des Chevaliers de la Table Ronde, annonce dans la préface du Chevalier à la charrette (1176-1181), qui rapporte l'histoire de Lancelot du Lac, qu'il "entreprend un roman". Le récit épique se mêle à l'histoire individuelle d'un chevalier du roi Arthur (ce sera le cas pour La quête du Grall, qui met en scène Perceval le Gallois).
 
Cependant on a coutume de répertorier le roman médiéval en trois catégories, selon les thèmes abordés :
 
-La matière antique : Roman de Thèbes, Enéas, Troie, Roman d'Alexandre;
-La matière de France et la chanson de geste : Chanson de Roland, cycle Guillaume d'Orange;
-La matière de Bretagne : Tristan, les romans arthuriens, dont Chrétien.
 
Au XIIème siècle le roman se spécialise dans la littérature dite courtoise, c'est-à-dire de cour, romans d'aventure écrits en vers, puis apparaissent les romans de chevalerie, en prose (XIIIème siècle). Dans ces romans la figure du héros se dessine, généreux, sublime au combat, qu'il accepte pour l'amour de sa dame. Loyauté, courage, fidélité et honneur sont les maîtres mots de ces romans qui renvoient une image idéalisée du monde et des relations entre les hommes à des lecteurs laïcs qui ont leurs propres goûts et valeurs. Ce type de romans préfigure le roman initiatique moderne, dans lequel le roman doit poursuivre une quête, rencontre des obstacles, pour finalement, la plupart du temps, triompher.
 
Au XIIIème siècle apparaît le roman allégorique : Le roman de la Rose , écrit en vers, qui fait la somme des thèmes de la littérature courtoise et de la philosophie du XIIème et XIIIème siècle. Il est écrit par deux auteurs différents : Guillaume de Lorris (vers 1230) et Jean de Meun (vers 1275). Les thèmes de l'amour, de la jalousie, des relations charnelles sont évoqués à travers des images plus lyriques et poétiques chez Guillaume.
 
le songe miniature du Roman de la Rose 1370

 
Au moyen âge, le roman prend donc deux directions : la courtoisie ou l'idéalisation, et le réalisme avec le roman satirique (Roman de Renart et les fabliaux, qui sont des récits caractérisés par leur brièveté et leur grossièreté et leur volonté de produire un effet comique). 
 
 La farce du CuvierRenart et Ysengrin XIIIeme
 

 
 
Précédent :
Introduction