BiblioLettres
Cours de français, conseils méthodologiques
Accueil > Objets d'étude > Le roman : vision de l'homme et du monde > Le roman et la nouvelle au XVIIème siècle
Le roman : vision de l'homme et du monde - Le roman et la nouvelle au XVIIème siècle

 
La Princesse de Clèves
 

A côté du roman épistolaire, qui remporte un grand succès avec les Lettres Portugaises de Guilleragues en 1669, un autre type de roman parvient à maturité : le roman d'analyse.
Elisabeth d 'Autriche reine de France
C'est Madame de La Fayette avec la Princesse de Clèves qui ouvre la voie de l'analyse psychologique, en 1678.
L'histoire de la Princesse de Clèves, épouse aimée d'un mari pour lequel elle n'a que de l'estime et amante du Duc de Nemours à qui elle se refuse par sens de l'honneur, a ému le public qui souleva une querelle autour de l'aveu de la Princesse à son mari. Cette passion vouée au malheur sert d'exemple pour les moralistes qui condamnent les dérives du cœur. Mme de La Fayette a écrit l'histoire de Melle de Chartres avec l'aide de Ménage, Segrais (auteurs célèbres de l'époque) et surtout avec La Rochefoucauld, son grand ami, auteur des Maximes. Les vertus austères de son éducation lui a inspiré l'idée de son roman. A la fois « nouvelle historique » (le roman se déroule sous le règne des Valois, au siècle précédent), roman mondain (il se passe à la cour) et roman précieux (son thème principal est l'amour), la Princesse de Clèves propose une réflexion sur l'Homme, les passions.


Mme de La Fayette publia ses œuvres de façon anonyme car elle ne souhaitait pas passer pour un « auteur », dans une société qui condamnait le roman comme genre frivole et corrupteur.

La Princesse est considéré comme une nouvelle en cela que la narration est épurée, simplifiée, loin des péripéties romanesques du roman-fleuve. Ce genre a d'ailleurs vécu, Melle de Scudéry passe de 10 volumes de Clélie à 1 volume de Célinte en 1661. La nouvelle favorise aussi le goût de plus en plus appuyé pour la vraisemblance, le naturel, la mesure, propre à la pensée janséniste.