BiblioLettres
Cours de français, conseils méthodologiques
La Cité des Lettres > Dossiers littéraires > La notion de sublime
La notion de sublime

 
Définition du sublime
 
 
 
Le sublime est une notion particulière car elle tient à la fois de l'esthétique, de la morale, de la philosophie et de la rhétorique. Notion floue, s'il en est, car lorsque l'on tente de l'évoquer, elle s'évapore au contact des mots en un concept indéfini, et qui, dans le langage courant, est souvent rabattue au superlatif du Beau, alors que chacun a l'intuition que son sens va bien au-delà.

Nous nous proposons ici de présenter cette notion en montrant les différentes définitions qui lui sont attribuées car elle nous semble un outil efficace pour appréhender certaines œuvres littéraires mais aussi certains personnages.

Le premier texte à mentionner le sublime dans une tentative de définition est le Traité du Sublime, d'un auteur grec anonyme surnommé Longin au Ier siècle après J-C, traduit en 1674 par Boileau. De ce texte « fondateur » découlent diverses définitions qui ont foisonné notamment au XVIIIè siècle. Ecrivains, théoriciens, philosophes font sans cesse référence à ce traité pour l'approuver, le compléter ou parfois le réfuter.