BiblioLettres
Cours de français, conseils méthodologiques
Accueil > Biographies > Biographie de Maupassant > Les années à succès : 1880-1891
Biographie de Maupassant - Les années à succès : 1880-1891

 
Les années à succès : 1880-1891
 
 
Premier coup d'essai, premier coup de maître, avec en 1880 la nouvelle Boule de Suif. Maupassant entre alors dans le cénacle des écrivains naturalistes. En 1881 il publie son premier recueil : la Maison Tellier.

Commence alors un marathon littéraire de 10 ans. Maupassant publie en effet 6 romans et près de 300 nouvelles, regroupées en recueils.

En 1883, c'est l'héroïne d'Une Vie, Jeanne, bourgeoise naïve et rêveuse, bafouée par son mari qui émeut le public.

Puis Georges Duroy, Bel Ami, offre en 1885 un roman qui pourrait être autobiographique. Mais paru sous forme de feuilletons pendant les obsèques nationales de Victor Hugo, il passe d'abord inaperçu.

En 1887 le Mont Oriol s'attache  aux amours dans une station thermale.

Pierre et Jean, en 1888, expose l'affrontement de deux frères sur fond de bâtardise.

En 1889, Fort comme la mort relate les amours tourmentées d'un peintre.

Et la fatigue finit par se faire ressentir dans Notre Cœur en 1890, qui dresse le portrait de différents types humains. 
 
Fort de ses succès, Maupassant se constitue une véritable petite fortune.  Il s'achète une somptueuse villa à Etretat, véritable thébaïde pour l'écriture et la chasse, qui reste une vraie passion. De même il devient le propriétaire d'un voilier, baptisé Le Bel Ami, et fait de nombreux voyages en Méditerranée, Corse, Italie, Algérie, Tunisie, sur les traces de Flaubert.
Il rapporte des récits de voyage : Au soleil, en 1844 ; Sur l'eau en 1888 et la Vie errante en 1890. Le thème de l'eau revient souvent dans ses nouvelles, à la fois apaisante et inquiétante, miroir de l'âme.
Le succès n'épargne pas du ridicule. Son idée de faire construire une montgolfière qui relie Paris et à La Belgique, et sa réputation de grand séducteur, lui valent le surnom du « monte-en-l'air ».
Les moqueries ne l'empêchent pas de refuser la légion d'honneur en 1888, comme Flaubert avant lui, en alléguant qu'il n'admet  aucune « hiérarchie officielle dans les Lettres », et que les Goncourt tiennent le haut du pavé.

Maupassant est attaché à faire fructifier ses biens et, après une tentative ratée de créer sa propre maison d'édition avec des confrères, il s'intéresse à la réclame de ses œuvres, à leur publicité.
 
Pendant 10 ans le succès sourit au auteur du Horla, mais des ennuis de santé vont le rattraper.