BiblioLettres
Cours de français, conseils méthodologiques
Accueil > Biographies > Biographie de Maupassant > Les années sombres
Biographie de Maupassant - Les années sombres

 
Les années sombres
 

Maupassant aime la vie, mais il aime surtout la brûler si on en juge par ses excès.
Excès principalement physiques : les femmes, et surtout les drogues. Atteint de la syphilis il utilise les « paradis artificiels » pour se soulager des maux de tête qui deviennent de plus en plus insupportables. Héroïne et morphine achèvent de détruire son corps abîmé par les abus.
 
A propos de la rédaction de Pierre et Jean, l'auteur avoue dans une lettre à un ami : « Ce livre que vous trouvez sage, je n'ai pas écrit une ligne sans m'être enivré d'éther. J'ai trouvé dans cette drogue, une lucidité supérieure, mais elle m'a fait beaucoup de mal. »

Hallucinations, crises d'angoisse, sentiment d'être suivi par un double mystérieux (le Horla est la traduction littéraire de ces symptômes), Maupassant fait une tentative de suicide en 1891.
La crainte de la folie le hante depuis qu'il a été amené à faire interner son frère, qui dans un accès de fureur avait tenté d'étrangler sa femme.
 
Les Goncourt notent le changement radical qui s'est opéré en leur ami : en 10 ans, Maupassant est passé du joyeux farceur à un homme au visage émacié, décharné, ce qui les conduit à écrire que l'auteur « ne me semble pas destiné à faire de vieux os. »
 
De plus en plus malade, Guy de Maupassant est finalement interné dans la clinique du Docteur Blanche, médecin célèbre, qui s'occupa de Gérard de Nerval. Il meurt 18 mois plus tard, le 6 juillet 1893.
 
A son enterrement, au cimetière Montparnasse, Emile Zola prononça un discours funéraire, mais les écrivains de la nouvelle génération ne se déplacèrent pas.