BiblioLettres
Cours de français, conseils méthodologiques
Accueil > Conseils méthodologiques > Commentaire > A quoi sert le commentaire littéraire?
Le commentaire - A quoi sert le commentaire littéraire?

Les objectifs de cette épreuve sont pluriels :

Dans un premier temps, il s'agit de développer des compétences de lecture et d'analyse.
En effet, dans un commentaire, l'élève est amené à restituer les enjeux du texte, et de clarifier son sens global et particulier. Chaque texte littéraire est unique. Certes, il s'inscrit dans un courant, une époque, un genre, et il dépend étroitement des productions antérieures (d'où l'importance de connaître l'histoire littéraire). Mais il est aussi écrit en fonction de la personnalité de l'auteur, de ses goûts, de ses préoccupations esthétiques, voire sociales ou politiques, etc. Le travail de l'élève consiste donc à éclairer tous ces aspects dans le but de montrer à son correcteur ses savoirs littéraires, mais aussi et surtout ses capacités à les exploiter pour produire une réflexion pertinente.

Il est important de garder en mémoire que nous sommes «  au service du texte ». Il ne s'agit pas de plaquer notre propre vision ou interprétation, mais de rendre compte de la richesse d'un texte, de lever le voile sur ses mystères. En cela le travail d'analyse s'apparente à une sorte d'enquête policière : il faut retrouver le sens et les indices qui nous y conduisent. La démarche est rationnelle et ne saurait se contenter d'une approche impressionniste qui consisterait à faire du lecteur le centre du texte. Cette méthode est utilisée dans les pays anglo-saxons, et n'est pas du tout inintéressante, mais elle occulte l'auteur et  la forme littéraire choisie.
Le travail demandé est  hérité des études universitaires qui mêlent une analyse structuraliste (étude par le biais de la forme utilisée par l'auteur) à la théorie de la réceptivité (qui tient compte de l'inscription du lecteur dans le texte littéraire) et même à l'approche biographique (décriée, mais cependant parfois utile, depuis le critique Sainte-Beuve au XIXème) et consiste à pratiquer l'étude de texte à travers ces trois champs d'analyse.

Dans un second temps, l'élève doit faire preuve de rigueur car il doit exposer ses idées grâce à un plan qui progressivement dévoile la pertinence de plus en plus élevée de la lecture effectuée. Le plan inquiète beaucoup les lycéens car il semble unique, figé, en trois parties. Il est vrai que le devoir doit être organisé autour d'axes de lecture efficaces, et composé de sous- parties équilibrées. Mais, même si le chiffre 3 semble le plus satisfaisant pour la raison, il n'est pas canonique, certains textes se contentant d'une analyse pertinente en deux parties. Le tout est de bien démarrer son étude, en se posant les bonnes questions afin de ne pas laisser de zones d'ombre, et l'organisation de son plan découle de cette approche rigoureuse.

Enfin, cette épreuve n'est pas réservée aux élèves réputés doués en français. Trop souvent on se sent battu d'avance parce que les textes ne nous parlent pas, on ne sait pas quoi en dire. Le but de l'EAF n'est pas de former des professionnels de la littérature. Elle consiste à vérifier que chaque élève est capable de suivre une méthode précise, de formuler correctement ses idées, et d'utiliser des connaissances communes à tous les lycéens.  Ainsi le commentaire est un exercice qui est parfaitement abordable, tant qu'on respecte ses règles !